Découvrez L'Art De L'Édition
Culture

Un nouveau groupe d’étudiants célèbre la culture érythréenne – The Minnesota Daily

From+left+to+right%2C+EriSA+Treasurer+Selam+Gerezgiher%2C+President+Jasmine+Adam+and+Vice+President+Milena+Yishak+pose+for+a+photo+following+ERISA%E2%80%99s+first+presentation+for+International+Women%E2%80%99s+Day+at+the+Eritrean+Community+Center.

L’Association des étudiants érythréens vise à soutenir les étudiants et les membres de la communauté du pays d’Afrique de l’Est.

Avec l’aimable autorisation de Jasmine Adam

De gauche à droite, le trésorier d’EriSA Selam Gerezgiher, la présidente Jasmine Adam et la vice-présidente Milena Yishak posent pour une photo après la première présentation d’ERISA pour la Journée internationale de la femme au Centre communautaire d’Érythrée.

Un groupe d’étudiants nouvellement relancé lancé ce mois-ci cherche à représenter les étudiants érythréens à l’Université du Minnesota.

Les Association des étudiants érythréens (EriSA) prévoit d’organiser des événements culturels et de lancer des initiatives pour soutenir la communauté érythréenne locale.

Comme décrit sur son site Web, l’Association des étudiants érythréens (EriSA) « s’efforce d’embrasser le patrimoine et la culture de l’Érythrée sous toutes ses formes en créant un environnement intellectuel, culturel et social pour les étudiants de l’Université de Minn.

Des versions antérieures d’EriSA ont existé à l’Université ces dernières années, mais le groupe a connu des périodes d’inactivité en raison de lacunes dans le leadership.

Jasmine Adam est une étudiante de deuxième année en études urbaines et en systèmes d’information géographique qui occupe le poste de présidente d’EriSA. Concernant l’histoire du groupe, Adam a déclaré : « Ils ont déjà essayé plusieurs fois… en 2011, 2016, 2018. »

Cette fois, a déclaré Adam, elle et les autres membres fondateurs assureront la longévité du groupe en instituant des systèmes pour la transition du leadership d’EriSA.

Selam Gerezgiher est un étudiant de première année qui a l’intention de se spécialiser dans la culture cinématographique et médiatique. Elle est l’une des fondatrices du groupe nouvellement relancé et en est la trésorière. La sœur de Gerezgiher a servi dans l’ancien groupe EriSA en 2016, et Gerezgiher a déclaré qu’elle était ravie de le rétablir.

« Il existe un groupe pour presque tous les pays d’Afrique de l’Est », a-t-il déclaré. « J’ai constaté un manque de représentation de l’Érythrée. Je voulais juste créer un espace pour que mes amis érythréens et moi nous amusions sur le campus et que nous ayons notre chance.

Les fondateurs d’EriSA ont prévu plusieurs événements pour cette année et la prochaine. En avril, ils organiseront leur premier événement intitulé « Meet the Culture ». Lors de cet événement, ils présenteront les membres fondateurs d’EriSA, présenteront la culture érythréenne et animeront des jeux et des activités pour les participants.

« L’une des choses qui me passionnent le plus, ce sont les opportunités d’observation que j’espère que nous pourrons faire l’année prochaine », a déclaré Gerezgiher.

Les membres fondateurs d’EriSA prévoient de mettre en relation des lycéens érythréens avec des étudiants universitaires dans toute la zone métropolitaine et d’offrir à terme des services de tutorat aux lycéens et lycéens érythréens.

« EriSA est un groupe d’étudiants pour les Érythréens dans toutes les universités des grandes villes jumelées, pas seulement dans notre université », a déclaré Gerezgiher.

La décision des membres fondateurs d’ouvrir EriSA aux étudiants érythréens en dehors de l’université est représentative de leur lien avec la communauté érythréenne locale.

« J’ai l’impression que la diaspora érythréenne de Minneapolis et de St. Paul est très connectée dans son ensemble », a déclaré Adams.

Milena Yishak, étudiante de première année en psychologie du développement, est vice-présidente d’EriSA et troisième cofondatrice.

Yishak, Gerezgiher et Adam ont cité leurs profondes racines dans la communauté érythréenne comme une motivation centrale pour le lancement de ce groupe.

« Aller au club de football ou simplement assister à des événements communautaires ou célébrer le jour de l’indépendance a toujours été une partie importante de ma vie », a déclaré Yishak. « C’est donc sans aucun doute la raison pour laquelle j’ai l’impression d’être toujours en contact avec ma culture… C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai voulu former ce groupe. »

Les trois co-fondatrices ont récemment donné leur première présentation EriSA lors de la célébration annuelle de la Journée internationale de la femme du Centre communautaire érythréen. Là, ils ont été accueillis avec une forte démonstration de soutien de leur communauté.

Après que les trois fondateurs se soient présentés et aient expliqué leurs rôles chez EriSA, « il y a eu un rugissement, toute une salve d’applaudissements », a déclaré Gerezgiher. « Toute la foule nous a encouragés.