Découvrez L'Art De L'Édition
Culture

Un natif d’Elmhurst crée une marque de baskets pour femmes – QNS.com

sneaker

Sarah Sukumaran d’Elmhurst représente les femmes, les femmes et les personnes sous-représentées dans la communauté des baskets avec le lancement de sa marque de chaussures. lilith new york.

Sukumaran, qui était auparavant directeur de l’analyse des produits chez Nike pendant deux ans, a lancé Lilith NYC en février 2020 en réponse au manque de baskets disponibles pour les consommateurs.

Sarah Sukumaran, fondatrice de Lilith NYC (Photo avec l’aimable autorisation de Lilith NYC)

Lilith NYC allie design et fonctionnalité dans une silhouette de sneaker axée sur la performance. La marque encourage les femmes et les femmes à explorer et à exprimer leur style, leur genre et leur sexualité à travers un spectre.

Sa première silhouette, Caudal Lure, est fabriquée à partir de matériaux haut de gamme, notamment du cuir pleine fleur, du daim et du néoprène qui enveloppent la tige, tandis qu’une semelle extérieure Vibram légère complète le design. Est disponible en lilith new york pour 225 $ et est disponible en taille femme.

chaussure de sport
La brique Caudal Lure AmberLou est un clin d’œil à l’architecte Louis Allmendinger, qui a utilisé des briques de couleur ambre pour les maisons d’Elmhurst, Sunnyside et Ridgewood. (Photo avec l’aimable autorisation de Lilith NYC)

« C’est super léger et on a l’impression de marcher sur des nuages. Nous passons beaucoup de temps debout, nous ne nous sentons jamais à l’aise et nous avons cette période d’adaptation, qui se traduit par des cloques », a déclaré Sukumaran. « Il y a un rembourrage à l’arrière du talon de la chaussure et la semelle est excellente pour absorber les chocs. »

Le Caudal Lure est disponible en deux combinaisons de couleurs : Concrete Jungle Green et Amberlou Brick, qui rendent hommage à la détermination des reines et à la vie insulaire de la culture tamoule.

chaussure de sport
Le Caudal Lure Concrete Jungle Green rend hommage à la granularité du Queens et à la vie insulaire luxuriante, redéfinissant la jungle urbaine. (Photo avec l’aimable autorisation de Lilith NYC)

Sukumaran est née et a grandi à Elmhurst et ses parents sont des réfugiés tamouls du Sri Lanka qui ont immigré aux États-Unis dans les années 1980.

« L’un des principaux thèmes du développement de la marque était la juxtaposition du Queens et de ses bâtiments en béton, et la luxuriance du Sri Lanka. Ce sont deux mondes différents et je voulais les réunir », a déclaré Sukumaran.

À l’âge de 8 ans, Sukumaran est tombé amoureux des baskets et se souvient avoir passé du temps avec les garçons sur le terrain de basket qui portaient des « baskets cool » et regardaient le sport à la télévision.

« C’est le fait de grandir dans le Queens qui a inspiré la culture des baskets. Je dis toujours que la culture des baskets est la culture de la reine », a déclaré Sukumaran. « J’étais obsédé par deux paires de baskets, et l’une d’elles était la Nike Air Way Up. »

Son amour des baskets l’a amenée à faire carrière chez Nike, où elle a travaillé sur des logiciels de conception technologique. En 2015, Sukumaran a entendu des femmes passionnées de baskets exiger des tailles plus inclusives, de meilleures combinaisons de couleurs et la disponibilité des produits.

« Quand vous avez regardé tous les joueurs hérités, il y avait un mouvement lent en termes de progrès, même si beaucoup de gens s’exprimaient », a déclaré Sukumaran. « Lorsque vous êtes dans un rôle de données et que vous lisez tous ces rapports et rapports de l’industrie, vous entendez sans cesse que les femmes surpassent les hommes dans les ventes de baskets, et malgré les données, l’industrie n’a pas changé. » .

Elle a commencé à penser à faire quelque chose dans l’espace des femmes, et c’est alors qu’elle est venue avec Lilith NYC et a acheté le domaine.

« Lilith était la première épouse d’Adam. Nous entendons toujours l’histoire d’Adam et Eve, et Lilith a été retirée des histoires bibliques parce qu’elle a choisi de ne pas être soumise à Adam et est bannie du jardin d’Eve », a déclaré Sukumaran. « En tant que femme dans la technologie et femme dans la chaussure, il était logique de nommer la marque d’après quelqu’un qui a été historiquement mis de côté. Je dis toujours que les contributions des femmes dans ces domaines ont toujours été attribuées aux hommes, et ce fut l’occasion de nommer une marque qui place les femmes en premier.

chaussure de sport
(Photo via Instagram/Lilith NYC)

En février 2020, Sukumaran a quitté Nike juste avant que COVID n’atteigne New York. Bien que ce ne soit pas le meilleur moment pour lancer une entreprise, Sukumaran a continué à travailler, communiquant avec des personnes à distance dans différents fuseaux horaires.

« Nous n’avions pas le luxe de toucher les choses entre nos mains et souvent c’était l’image d’un échantillon que l’usine nous envoyait. Ce n’est pas le processus de conception traditionnel et vous voulez être sur le sol. Nous n’avons pas obtenu cela la première année », a déclaré Sukumaran.

Avec une formation en technologie et aucune expérience dans le développement de chaussures, Sukumaran a appris en cours de route comment créer une marque et une chaussure.

Lorsqu’il s’agit de découvrir ce que les femmes veulent dans une basket, Sukumaran écoute des podcasts gérés par des femmes pour les amateurs de baskets qui discutent des lacunes de l’industrie de la chaussure, lisent des rapports sur les projections de ventes et parlent aux femmes sur les réseaux sociaux.

«Les femmes veulent le confort d’une chaussure de course, qui est généralement une chaussure de course, mais personne ne porte de chaussure de course pour dîner. Alors, comment introduire la performance dans le style de vie ? Vous intégrez des performances dans des chaussures de style de vie », a déclaré Sukumaran.

Alors que Lilith NYC est uniquement en ligne, Sukumaran dit que la société cherche à ouvrir un magasin, afin que les clients puissent essayer les chaussures et trouver leur taille correcte.

Ce qui distingue Lilith NYC des principales sociétés de chaussures de l’industrie comme Nike et Adidas, c’est le fait qu’elles sont natives du numérique et travaillent directement avec les clients, a déclaré Sukumaran.

« Ils ont toujours vendu leur produit par un intermédiaire comme Foot Action et nous travaillons directement avec les clients et cela nous donne une excellente source d’informations que les grandes marques n’ont pas nécessairement. De plus, comme nous sommes plus petits, nous pouvons aller plus vite », a déclaré Sukumaran.

En termes de représentation et d’inclusion dans l’industrie de la chaussure, Sukumaran a déjà un impact positif avec Lilith NYC, car sa campagne met en vedette des personnes de couleur, ce qui est important et central pour sa narration.

chaussure de sport
(Photo via Instagram/Lilith NYC)

Parce que les femmes n’ont pas fait partie du récit et que les marques ont été construites autour d’athlètes masculins, Sukumaran dit qu’elles changent entièrement le paradigme et la conversation autour de ce que font les autres marques.

«Il ne nous voyait pas dans les campagnes. Souvent, nous poussons les ventes de baskets et la culture des baskets, mais nous ne réfléchissons pas à la façon dont la culture des baskets est représentée dans le monde », a déclaré Sukumaran. « C’est dommage que d’autres marques n’aient pas plus intentionnellement rattrapé cela, et c’est pourquoi Lilith existe. »