Découvrez L'Art De L'Édition
Culture

Divertissement : des étudiants soudanais partagent la culture et la nourriture au café culturel (01/04/22)

Divertissement : des étudiants soudanais partagent la culture et la nourriture au café culturel (01/04/22)

Tanatswa Musunda, étudiante en deuxième année en finance et entrepreneuriat, et Tanaka Nhamburo, étudiante en deuxième année en sciences biomédicales, obtiennent le zighni au Culture Café pour le pays du Soudan au Village international le mercredi 30 mars.

Trois étudiants sont inscrits au SEMO en provenance du Soudan, un pays situé au nord-est de l’Afrique, au sud de l’Égypte. Mercredi 30 mars, deux de ces étudiants, Mohammed Osman, senior en cybersécurité, et Awab Esaid, senior en biochimie, ont lancé le premier Cultural Café, vitrine de partage de leur culture soudanaise, au Village international. .

Esaid a commencé la présentation en introduisant les trois thèmes principaux de la culture soudanaise : la nourriture, l’expérience de la fraternité de la culture et de la nature interdépendantes, et l’expérience d’un mariage soudanais.

Osman a déclaré que le Soudan a une population très diversifiée avec plus de 500 sous-groupes ethniques parlant plus de 70 langues. Les Arabes soudanais, qui sont majoritairement musulmans, sont considérés comme le plus grand groupe ethnique, mais avec la diversité du Soudan, chaque groupe ethnique a son propre style de vie et sa propre culture.

« La structure sociale du Soudan est telle que la communauté dépend fortement de ses proches parents, amis et voisins », a déclaré Osman. « La plupart du temps, les gens ont tendance à faire passer les besoins des autres avant eux, et c’est réciproque. »

« Comme beaucoup de pays où vous obtiendriez votre placement dans la communauté en fonction de votre succès ou de l’évolution de votre carrière, cela dépend plutôt de votre utilité aujourd’hui, de votre soutien [not in terms of money]mais de temps », a déclaré Esaid. « Le seul facteur qui peut vous apporter le respect automatique est l’âge. »

Le sujet suivant de la présentation portait sur les mariages soudanais. Esaid a déclaré qu’un « mariage soudanais est un événement très joyeux », qui se déroule sur cinq jours remplis de cérémonies célébrées avec la famille et les amis.

« Vous pouvez voir toutes les natures et structures sociales se réunir dans un mariage parce que personne ne reste à l’hôtel ; ils préféreraient rester chez vous ou chez vos voisins », a déclaré Esaid.

« La chose la plus intéressante que nous ayons trouvée à propos du mariage serait le » jirtig «  », a déclaré Osmin. « [As a part of the jirtig]Habituellement, les dames plus âgées des deux familles donnent leurs bénédictions à celles qui vont se marier, les bénissant et lisant des prières pour s’assurer que tous les mauvais esprits n’interfèrent pas avec le mariage, et les deux sont heureux.

Pour le dîner, Osman et Esaid ont servi du zighni et de la shi’reria avec de l’eau d’hibiscus. Le plat principal servi, zighni, est du pain njera, ou pain plat à la texture spongieuse, à base de farine de teff et garni de poulet, d’oignon, de tomate et d’ail, avec un œuf à la coque sur le dessus. Pour le dessert, les étudiants ont servi de la shi’reria. Shi’reria se compose de lait, de sucre, de fideos (nouilles de riz très fines ou bâtonnets de riz) mélangés à des pistaches et des raisins secs saupoudrés sur le dessus.

Marie Diagne, étudiante en psychologie, est originaire de Sinegle et fait également partie de la communauté du Village international. Diagne a décrit le zighni comme ayant un goût plus proche de la tomate qu’elle ne s’y attendait, et a déclaré que le pain ne ressemblait à rien de ce qu’elle avait jamais goûté.

« C’était différent de la cuisine sénégalaise, mais c’était toujours délicieux », a déclaré Diagne.

Issus d’une plus grande communauté au Soudan, Osmin et Esaid ont déclaré qu’ils avaient initialement eu du mal à s’adapter aux devoirs et à la nourriture à la Southeast Missouri State University, mais apprendre à connaître les étudiants du SEMO et faire partie de la communauté internationale les a aidés. On se croirait dans une « maison loin de chez soi ».

Le directeur des services d’éducation internationale, Kevin Timlin, a déclaré qu’il était important que les petits groupes d’étudiants internationaux aient la possibilité de partager des informations sur leur pays, leur culture et leur gastronomie.

Le Bureau de l’éducation et des services internationaux aide les étudiants internationaux à se connecter avec des ressources et des personnes pour préparer des présentations pour le café culturel. Timlin a déclaré qu’ils avaient plus de 68 pays différents représentés sur le campus SEMO.

Il y aura deux autres cafés culturels le semestre prochain pendant les heures régulières du mercredi. Pour plus d’informations sur les services et événements d’éducation internationale, veuillez visiter leur site Web.